All for Joomla All for Webmasters
 
Le président nigérian Muhammadu Buhari avec son homologue camerounais Paul Biya, le 29 juillet 2015 à Yaoundé. Le président nigérian Muhammadu Buhari avec son homologue camerounais Paul Biya, le 29 juillet 2015 à Yaoundé.

Le Cameroun et le Nigeria abordent une nouvelle dimension dans la coopération sur fond de lutte contre Boko Haram Spécial

En voyage au Nigeria depuis ce mardi 3 mai, le président camerounais Paul Biya et son homologue nigérian, Muhammadu Buhari vont tenter de terrasser les divergences avec en tête la question du droit de poursuite refusé jusqu’alors aux forces camerounaises engagées dans la lutte contre Boko Haram. Les deux chefs d’Etat devraient aussi évoquer les différents chantiers en cours et dont l’objectif est de rapprocher les économies nationales.

A couteaux tirés pendant près de deux décennies, Abuja et Yaoundé sont en train de renouer le lien de coopération sur fond de crise sécuritaire. Pour mieux faire face à la menace de Boko Haram, les chefs d’Etat camerounais et Nigérian multiplient les rencontres et tentent de trouver un terrain d’entente en vue de permettre un matraquage efficace de la secte. La priorité pour l’heure est la reconnaissance nigériane d’un droit de poursuite aux forces armées camerounaises engagées depuis 25 mois dans la lutte contre Boko Haram.

Un droit de poursuite est possible pour les forces camerounaises

En voyage au Nigeria depuis ce mardi 3 mai 2016, le président Paul Biya va tenter de convaincre son homologue nigérian d’accorder ce droit de poursuite à ses forces nationales. Ce chantier est de facto difficile, mais pas impossible. Certes la première puissance économique africaine veut recouvrer sa souveraineté diminuée avec la percée des combattants de Boko Haram, mais une entente dans ce sens est un pas à franchir pour permettre à la force multinationale mixte d’opérer plus efficacement. De fait, le droit de poursuite a été accordée avec récemment une campagne militaire camerounaise en territoire nigérian. Les deux Etats s’étaient convenus d’une campagne militaire camerounaise dans la localité de Goshi, Etat de Borno, en plein cœur du Nigeria. Au cours de ce combat qui a eu lieu mi-février l’armée camerounaise avait neutralisé 162 combattants de la secte.

Des discussions autour des projets de coopération en cours

De nombreux projets ont été entamés entre les deux pays ces dernières années en vue de booster la coopération entre le Cameroun et le Nigéria. Paul Biya et Muhammadu Buhari devraient donc s’entretenir au sujet du projet de construction d’un pont sur le Mayo-Tielet sur la route Gamburu-Ngala-Kousseri, projets situés dans la région du nord. Une autre priorité sera accordée à la construction de la route Mamfé (Cameroun)-Enugu (Nigeria), ainsi que du corridor Bamenda-Enugu (Nigeria), deux axes routiers situés dans le nord-ouest du Cameroun, à sa frontière avec le Nigeria.

Toujours au menu des discussions devrait se trouver la grande question de la libre-circulation des biens et des personnes. Initiée en 1963, ce projet va booster les échanges entre les deux voisins, géants régionaux de part et d’autre de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale. La signature définitive de cet accord établira une sorte de porte d’entrée pour les produits de l’ouest Afrique et les produits de l’Afrique centrale. Ce marché de plus de 200 millions de consommateurs devrait impacter sur l’ensemble de l’économie des deux régions.

Les frustrations nées des dissensions autour de la péninsule pétrolière de Bakassy sont un passé que les deux pays semblent décidés à oublier. On se souvient d’ailleurs que Paul Biya et Muhammadu Buhari s’étaient engagés lors du voyage de ce dernier au Cameroun en juillet 2015 à respecter les décisions prises à ce sujet par l’organisation des nations unies. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire