All for Joomla All for Webmasters
 
Grand Bassam, le jour de l'attentat (13 mars 2016) Grand Bassam, le jour de l'attentat (13 mars 2016)

Mali : Arrestation à Bamako du numéro 2 de l’attentat en Côte d’Ivoire Spécial

Alou Doumbia, malien de 32 ans, l’un des cerveaux de l’attentat qui a touché la cité balnéaire de Grand Bassam en Côte d’ivoire, a été arrêté à Bamako samedi dernier par les forces de sécurité maliennes.

Au micro de nos confrères de l’agence France presse, une source sécuritaire malienne a affirmé dans la nuit du samedi dernier que « Les forces spéciales des services de renseignements maliens ont procédé lors d’une « opération spéciale » samedi dans la nuit à l’arrestation du numéro 2 de l’organisation des attaques terroristes contre la Côte d’Ivoire ». Selon toujours la même source, l’interpellation d’Alou Doumbia a nécessité le déploiement « d’importants moyens » et surtout « la bonne coopération » entre les services de sécurité des deux pays.

Alou Doumbia qui vient d’être interpellé a aménagé un des deux réservoirs 4x4 de la voiture avec laquelle il a transporté les terroristes jusqu’en Côte d’Ivoire, une vraie cache d’arme. « Sans Alou Doumbia, revendeur de véhicules, le commando ne pouvait pas quitter le Mali pour se rendre en Côte d’Ivoire. C’est le logisticien du groupe. Il est le plus proche collaborateur de Kounta Dallah »,poursuit le responsable.

Deux premières arrestations ont eu lieu fin mars à Gossi et Gounda, villes situées dans le nord Mali. Il s’agit de deux maliens ayant participé à l’attentat, l’un en fournissant une part de la logistique et l’autre en conduisant le véhicule jusqu’au lieu de l’attaque. Il ne resterait que Kountah Dallah, recherché activement par les services de sécurité maliennes. Cerveau de l’attaque, il se serait réfugié au Mali et les informations obtenues au cours des interrogatoires devraient permettre son arrestation dans les prochains jours.

Le 13 mars dernier la cité balnéaire de Grand Bassam, avait été attaquée par des hommes armés causant la mort de 19 personnes. L’attaque avait été revendiquée par Al Qaida au Maghreb. Dans un communiqué publié les heures après l’attaque, le groupe terroriste avait indiqué s’être vengé de la Côte d’Ivoire à cause de son implication dans la lutte contre le jihad dans cette région du Sahel mais aussi pour avoir extradé quatre terroristes maliens qu’elle détenait dans ses prisons. Depuis les forces de sécurité ivoiriennes et malienne ont enquêté en étroite collaboration pour mettre la main sur les auteurs de ces actes. Afrique Progrès Magazine

Éléments similaires (par tag)

Laissez un commentaire