All for Joomla All for Webmasters
 

Alors que le fonctionnement de l’Union Africaine (UA) reste tributaire des fonds extérieurs, le Bénin vient d’officialiser son engagement à partir de janvier 2018 à introduire la taxe de 0,2% sur toutes les importations en direction des 54 pays africains. Une révolution qui sonne comme le début de la réalisation des multiples engagements pris par les autorités de l’UA et non jamais respectés.

Face au défi de nourrir ses populations, l’Afrique semble bien incapable de réussir cet exploit. Le riz, importé en quantité industrielle, reste le principal aliment dans l’assiette d’une bonne quantité des populations du continent. Les engagements pris à Maputo en Mozambique, lesquels invitent l’ensemble des pays africains à mettre 10% de leur budget dans la production agricole restent lettre morte. Dans tout ceci le retour de nombreux pays auprès des bailleurs de fonds internationaux, fait qui présente l’incidence logique du retour des mesures d’ajustement structurels, ne prévient pas d’un changement de paradigme dans l’agriculture africaine. Tout semble alors perdu ou presque. Pourtant comme un cri, les appels à une meilleure prise en compte du secteur agricole se multiplient. Après Akinwumi Adesina, le nouveau patron de la BAD qui a mis une enveloppe importante dans le financement du secteur agricole, 24 milliards de dollars, Charlotte LIBOG, fondatrice de la plateforme « Afrique Grenier du Monde (AGM) » s’est exprimée dans une interview donnée au Magazine Afrique Progrès en marge du Forum AITEX qui s’est achevé dans la capitale économique marocaine le 29 septembre dernier.

La Section des infrastructures et de l'industrialisation de la Division de l'intégration régionale et du commerce de la Commission économique pour l'Afrique (CEA) a organisé une réunion du groupe d'experts, mardi dernier le 31 octobre 2017. Ladite réunion avait pour objectif d'examiner et de valider le rapport sur la « Promotion du développement des infrastructures pour l'industrialisation de l'Afrique ».

+++ Dr Paul KANANURA, président de l’Institut Mandela (IM) a annoncé le 30 août 2017 la tenue prochaine d’une conférence internationale sur « les enjeux de l’opposition en Afrique »

+++ La mission hybride Union africaine –Nations Unies au Darfour connue sous le sigle MINUAD vient d’avoir un nouveau chef.

Archives

« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30